Enseignement Opérationel

La méthodologie retenue pour l’enseignement opérationnel est celle d’une méthode unique de planification de niveau opératif, très proche de celle de l’OTAN et intégrant un volet significatif d’approche globale. Il s’agit de garantir le meilleur niveau d’interopérabilité, tout en favorisant, avant tout, une assimilation de l’enseignement.

Les exercices se font sur des scénarios africains d’actualité, à partir d’exercices renouvelés annuellement. En complément, 5 cellules permanentes de veille et d’analyse des conflits en cours sont animées par les stagiaires en cours de scolarité. Ces derniers bénéficient également du « fond de sac » habituel des brevetés, en particulier dans les domaines de la stratégie, de l’éthique et du commandement en opérations, de l’histoire militaire ou encore de la prospective.

Les intervenants sont principalement les officiers chargés d’enseignement de l’ESIG, tous brevetés de l’enseignement militaire supérieur du 2nd degré. Parmi eux figurent deux coopérants français, le capitaine de frégate GIRIN et le lieutenant-colonel (air) PARIZOT.

 

STRATEGIE ET ART DE LA GUERRE

Application :

  • 1 TD + 2 exercices de planification, dont un avec phase de conduite (rédaction d’un

CONOPS)

  • 1 exercice « Approche Globale »,
  • 1 exercice « Organisation défense territoriale » baptisé Douala-Malabo – 1 exercice « Format d’armées ».

Illustration : Un voyage d’étude intérieur et un voyage d’étude opérationnel, permettant de visiter des Etats-majors et unités afin d’illustrer l’enseignement délivré.